Trop de poissons tuent le poisson

Photo Lee-McloughlinEn Floride, dans les années 80 un aquarium rejete à la mer une poignée de poissons scorpion (Pterois volitans) qui vit normalement dans le Pacifique, près de l’Asie et devinez ce qui advint?

Comme il n’a pas de prédateurs dans la région il s’est développé, dévorant tous ce qui lui tombe sous la bouche (qu’il a grande) et créant à lui tous seul d’incroyables ravages écologiques dans les récifs des Caraïbes, de Panama à Porto Rico.

Observé pour la première fois en 2008 sur le recif coralien de Belize, le poisson, très beau, enchantait les plongeurs mais depuis, le prédateur a fait une razzia, décimant dans la faune locale.

Sa pêche est rendu difficile à cause des ses épines empoisonnées dont la piqure est très douloureuse, mais malheureusement pour lui, une fois éliminées ces épines on peut le manger et il se trouve que sa chair est délicieuse et sa consomation un geste écologique puisque’elle permetra peut-être de rétablir la biodiversité de la barrière de corail de Bélize.

En avez-vous déjà mangé?

You may also like...

1 Response

  1. Bipoux says:

    Bonjour,

    On appelle ce poisson, poisson lion dans les Antilles Française. Il est beaucoup chassé pour essayer de faire diminuer sa présence car, comme il l’est précisé sur l’article, il est particulièrement invasif et n’a pas de prédateur naturel dans la zone Caraïbes.

    On le chasse en Martinique au fusil et des battues sont organisées pour l’éradiquer. C’est un poisson qui est assez bon mais à manipuler avec grande précaution tant que sa dorsale n’est pas coupée.

    Cher rédacteur, n’hésitez pas à m’envoyer un mail, j’ai 2-3 choses à vous proposer.

    A tous,

    Bipoux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *